La carte postale du dimanche : Île-de-Bréhat

Un chapelet d’iles, comme des rochers perdus et égarés au milieu d’un élément qui n’est pas le leur, le soleil a du mal à se frayer un chemin jusqu’à eux. Notre regard aussi. Une sentinelle veille. Ici, il n’y a ni train, ni avion.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s