Correspondances

Ce sont des paysages, qui étrangement attirent l’œil, peut-être à cause de cette forme géométrique dorée sur certains d’entre eux, peut-être simplement pour l’illusion qu’ils procurent, paysages impossibles construits sur de simples associations de couleurs ou de formes.

Et de ces mondes irréels naît quelque chose de magique, un mélange diffus de souvenirs épars, vacances, rêveries d’enfance, romans d’anticipation, châteaux et mondes renversés, qui nous rappellent à la puissance de nos désirs enfouis.

Composés de simples cartes postales agencées, modestes correspondances, ces mondes artificiels deviennent les réceptacles fascinants de nos peurs et de nos espoirs oubliés,  des lieux étranges et familiers où l’on aimerait se promener, comme une invitation à nous (re)trouver hors du temps, aux pays des rêves et des correspondances.